AMELIORER VOTRE RELATION A L’AUTRE, AUX AUTRES

Vivre avec les autres est l’une des expériences humaines les plus fondamentales. Il ne serait pas étonnant qu’elle ne vous paraisse ni simple ni évidente. Vous ne privilégiez d’ailleurs pas la solitude et pourtant vous vous l’imposez parfois tant la rencontre, par sa complexité, vous réclame d’efforts.

Le lien à autrui, l’échange avec l’autre, sont caractérisés par des enjeux complexes et spécifiques : nourritures affectives, sentiment de reconnaissance, d’appartenance et d’intégration, complicités, évolution, éléments nécessaires à votre bien être physique et moral.

Comme tout un chacun, vous faites régulièrement l’expérience des autres ; en famille, à l’école, au travail, dans certaines associations, dans la rue… C’est à dire, l’expérience de ce qui n’est pas vous, du « pas moi » : la rencontre avec l’autre est une expérience, elle confronte à celle de la différence. A ce qui chez l’autre peut vous apparaître étrange ou même totalement étranger.

Cette difficulté, cette épreuve à laquelle vous confronte la rencontre, n’empêchent pas parfois que vous acceptiez l’autre jusqu’à le faire rentrer dans votre monde. Mais elle peut aussi produire que vous vous sentiez rejeté ou que vous le rejetiez : il peut susciter en effet de la peur, de l’inquiétude en vous ou une certaine incompatibilité avec votre mode de pensée familier.

Dans ces derniers cas, à quel malaise avez-vous donc à faire ?

Ne vous est-il pas arrivé de découvrir à quel point l’un de vos proches peut vous apparaître parfois totalement étranger ? Vous serez certainement surpris/e si j’avance que cette prise de conscience n’est pas sans lien avec l’intérêt que vous méconnaissez pouvoir vous être apporté par ces échanges ; car ces derniers ne se produisent vraiment que dans le champ du différent, contrairement à ce qu’on pourrait trop facilement penser. Le différend/le différent, est/sont la plupart du temps sources de conflit ; conflit entre ce à quoi vous tenez quant à votre identité, quant à ce que vous insistez à préserver d’elle, et ce qu’en elle l’autre met à mal de par sa propre identité.

Améliorer son rapport avec l’autre nécessiterait donc de ne pas aller y chercher que du même, de l’identique. Il s’agirait plutôt d’arriver à intégrer adéquatement la différence afin qu’elle puisse alimenter la possibilité -qu’on ignore en soi- d’être capable de progresser vers de la nouveauté.

La psychothérapie peut vous aider à «mieux vous connaître », à aller vers du plus intime, vers ce avec quoi vous n’avez pas encore fait connaissance en vous, c’est à dire de l’étranger. L’étranger enfoui en vous et non chez un autre, cette fois. Une façon de mettre en application le « connais-toi toi même », phrase inscrite au frontispice d’un temple de Delphes que Socrate a reprise à son compte, invitation à l’introspection. Sans ce travail sur soi-même, la vie ne vaudrait rien, selon lui.

Choisir son psy

Venir parler à un professionnel est le premier pas vers le mieux être. Sachez qu’il est possible de rencontrer plusieurs thérapeutes avant d’en choisir un pour entamer une démarche. Chaque personne est singulière, autant le patient que le thérapeute. L’essentiel est que vous vous sentiez en confiance et « entendu ».

 

Le premier rendez-vous nous permettra de nous rencontrer et de savoir si nous pouvons cheminer ensemble.

Besoin de consulter…?